"Engagez-vous!" Stéphane Hessel persiste et signe

21.5.11

L’ancien résistant évoque les combats à mener dans un livre d’entretiens.
C’est le prolongement du pamphlet Indignez-vous!, énorme succès en librairie paru fin octobre. Dans l’ouvrage Engagez-vous! (éditions de l’Aube, mars 2010), l’ancien résistant Stéphane Hessel évoque, au cours d’un entretien avec Gilles Vanderpooten, les perspectives qui s’offrent à la jeunesse. Et pour une fois, l’éternel optimiste perd son sourire:
"La jeune génération manifeste peu de résistance par rapport à ce qui la scandalise et contre quoi elle devrait réagir", déplore-t-il. En premier lieu, "le scandale" des inégalités sociales, "de la juxtaposition de l’extrême richesse et de l’extrême pauvreté sur une planète interconnectée".
Pour lutter contre, Stéphane Hessel suggère aux jeunes "d’agir pour le développement en coopération avec les pays pauvres", mais reconnaît la complexité accrue des modes de résistances aux injustices:
"Aujourd’hui, c’est en réfléchissant, en écrivant, en participant démocratiquement à l’élection des gouvernants que l’on peut espérer faire évoluer intelligemment les choses… bref, par une action de très long terme."
L’environnement, combat prioritaire
Invité à détailler ses indignations, Stéphane Hessel insiste particulièrement dans ce texte sur la nécessité de défendre l’environnement. Engagé auprès d’Europe Ecologie- Les Verts, l’ancien diplomate livre ici sa conversion tardive, qu’il explique en partie par des raisons générationnelles:
"Etre écologiste, c’est se rendre compte - ce qui depuis est devenu une évidence - que l’homme n’est pas le maître de la nature mais qu’il est un objet naturel, et par conséquent que l’évolution de la planète est un cadre dans lequel lui-même évolue."
Fervent partisan des institutions internationales, le co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’Homme appelle de ses vœux la création d’une Organisation mondiale de l’Environnement (OME) et salue la stratégie de Nicolas Hulot, qui "a eu l’intelligence de ne pas se mettre à l’intérieur d’un parti".
L’importance de la société civile
Décidément abonné aux formats courts – la conversation d’Engagez-vous! fait une soixantaine de pages, contre une trentaine pour Indignez-vous!- Stéphane Hessel ne manque pas de rappeler à nouveau l’importance des acquis sociaux de la résistance mais aussi la voie que peut représenter l’économie sociale.
Point d’angélisme à cet égard cependant; l’ami de Claude Alphandéry, qu’il cite d’ailleurs, est convaincu que "des formes d’économie solidaire peuvent exister au côté de formes capitalistiques".
Sans relâche, Stéphane Hessel redit sa confiance dans la société civile et les organisations interétatiques. Lui-même engagé auprès de l’ONG Agrisud et du Collegium International éthique et politique, il considère que le changement ne pourra passer que par des actions collectives et pacifiques.
Photo: Stéphane Hessel ©UNESCO/Michel Ravassard.

0 comentaris:

Publica un comentari a l'entrada